Plusieurs habitations sont connectées à un réseau public de collecte des eaux usées, mais celles qui ne le sont pas penchent alors vers un traitement personnel de ces eaux avant de les reverser dans un milieu naturel. Pour ce faire, elles doivent donc se doter d’un système d’assainissement individuel de traitement de ces eaux usées, qui a pour but de collecter, de pré-traiter, d’épurer et de rejeter ces eaux par infiltration dans le sol ou de les déverser dans un cours d’eau.

Importance du traitement des eaux usées ?

L’assainissement individuel a plusieurs filières ou encore plusieurs couloirs d’activités, mais le tout tourne autour du traitement des eaux usées. Ces eaux usées proviennent essentiellement des domiciles (des cuisines, des douches et des vannes). Avant de les reverser dans un milieu naturel, il faut les traiter pour qu’elles ne se soient pas nocives. Ce traitement généralement se fait en 3 phases à savoir : le traitement primaire ou prétraitement, le traitement secondaire et l’évacuation.

Les étapes de l’assainissement individuel

Lors de la phase de prétraitement, il est question de retenir toutes les particules solides et les graisses. Pour ce faire, les eaux usées passent par une fosse septique composée d’un filtre et/ou un bac dégraisseur. Une fois sorties de la fosse, ces eaux doivent une autre fois être dépolluées grâce à l’action des micro-organismes contenus dans le sol ou dans le lit de sable que comporte la fosse septique.

Le traitement secondaire quant à lui est la phase de traitement à proprement parler, puisqu’elle est composée d’un dispositif de filtre à sable vertical et un filtre à flux horizontal. Ces filtres à sable sont généralement accompagnés des graviers et des tuyaux de canalisation dont les perforations sont tournées vers le bas. Les eaux usées qui arrivent à la tête du filtre constituée d’un drain de gravier, elles transitent ensuite vers le compartiment contenant du sable de plus en plus fin. Elles y sont traitées par des micro-organismes, puis sont collectées à l’aval par des drains avant d’être reversées dans le milieu naturel.

Une fois que ces étapes sont finies, les eaux traitées doivent être évacuées, c’est la troisième phase, ou phase d’évacuation. Une fois de plus elle se fait après une étude menée à la fois sur la nature du sol et sur le type d’eau à évacuer. Ces eaux peuvent être dispersées dans le sous-sol si la perméabilité est comprise entre 10 et 500 mm/h, et réutilisées pour l’irritation des végétaux non destinées à la consommation humaine, ou encore évacuées dans les puits sous l’autorisation de la commune après une étude hydrogéologue. Certaines micro-stations font le traitement et le prétraitement en même temps.

Comment installer un assainissement individuel ?

Avant toute installation, il est obligatoire pour tout demandeur de recevoir l’autorisation de la commune. Pour ce faire vous devez vous rendre dans la mairie de votre commune pour déposer une demande de raccordement et conformité. Le demandeur doit donc à cet effet remplir une demande de raccordement à un assainissement de type individuel, qu’il va joindre à son permis de construire. Pendant la visite de conformité, les dimensions de votre installation, son emplacement et sa conception seront vérifiés pour s’assurer qu’ils répondent aux critères et aux recommandations prévues.